Espace de travail Equipe 1

De WikiEducator
Aller à : navigation, rechercher

Retour vers page accueil projet MASTER ACREDITE

Elements du plan plus nom des membres

MEMBRE DE L'EQUIPE:

YOUSSOUFA Salé
DJIOMOU Bernard
JINE Joel
WABO KUATE

TRAVAIL INDIVIDUEL

http://fr.wikieducator.org/Equipe1_youssoufa
http://wikieducator.org/Synthese_Jine
à compléter par DJIOMOU Bernard
à compléter par WABO KUATE

SYNTHESE EQUIPE1

Le cadre géographique, le milieu humain et l’organisation administrative

GeoBakasi.png

Le cadre géographique

Située au fond du Golfe de Guinée, dans la province camerounaise du Sud-Ouest, département du Ndian, à l’angle supérieur de la baie de Biafra, la péninsule de BAKASSI qui fait l’objet de la convoitise du Nigéria est un élément du complexe estuarien du Rio dei Rey. Ce complexe s’étend sur près de 60 km de long entre la rivière Akpa Yafe et la bordure occidentale du Mont Cameroun et sur 30 km de profondeur, soit près de 1 800 km2. De forme grossièrement trapézoïde, la péninsule de BAKASSI mesure 12 km de petite base et 25 km de hauteur entre le petit village de Mbenmong au nord et celui de Kombi à Munja sur la bordure côtière méridionale. Elle couvre ainsi une superficie totale de 665 km2, soit le 1/3 du complexe estuarien du Rio del Rey.

Le milieu physique

Sur le plan physique, l’ensemble de ce complexe est, pour l’essentiel un milieu amphibie, caractérisé par un climat chaud et très pluvieux, un relief bas et des sols marécageux, une hydrographie abondante et une végétation essentiellement de mangrove.

Un relief de basse terre

Sur le plan géomorphologique, la zone est dans l’ensemble morcelée en plusieurs dizaines d’îles de tailles et de formes variées. Quatre grands ensembles de presqu’îles peuvent être distingues ; ce sont, de l’Est à l’Ouest :

•la presqu’île du Pélican ;
•la presqu’île du Fiari ;
•la presqu’île d’Erong ;
•la presqu’île de BAKASSl, articulées sur les fleuve : Meme, Andokat, Ngosso et Akwa Yafe ; ce dernier se croisant Sud avec le large estuaire de la Cross River.

Limitée à l’Ouest par la rivière Akwa Yafe et à l’Est par le Rio deI Rey, la péninsule de BAKASSI est elle-même formée de nombreuses petites îles délimitées par un réseau de criques de largeur au moins égale à 100 mètres. Les altitudes sont faibles inférieures à 1 mètre. Dans l’ensemble, ces îlots ont une forme de cuvettes déprimées dans lesquelles l’eau est stagnante ou sub-affleurante et les sols vaseux. Des chenaux de vidange s’y organisent en un réseau arborescent caractéristique qui morcelle les levées alluviales en bordure des criques.

Un climat de mousson

Sur le plan climatique, ce secteur se situe dans la zone de climat de mousson guinéenne fortement influencée par la présence des grands massifs volcaniques du Mont Cameroun et des Monts Rumpi. Avec un total de 5 à 6 mètres de pluie tombant pratiquement toute l’année, avec un maximun en juillet-août et un répit plus ou moins marqué en décembre-janvier. Les températures oscillent autour de 25° C.

Une végétation de mangrove

Sur le plan biogéographique, la zone est essentiellement couverte par une végétation de mangrove (forêt de palétuviers), caractérisée par l’ordonnance de Rhizophora recemosa (palétuvier rouge) et de l’Avicennia (palétuvier blanc), assez souvent bien développée le long de grands chenaux, particulièrement sur les rives convexes des nombreux méandres qui tortillent le réseau de criques.

Une faune aquatique abondante et diversifiée

La Faune aquatique est également abondante et diversifiée, ce qui justifie ici le développement de nombreux villages de pêcheurs.

le milieu humain et l’organisation administrative

Sur le plan humain, le département du Ndian auquel appartient la zone est peuplé de 74724 habitants. Cette population est répartie dans les 7 arrondissements que compte ce département. La péninsule de BAKASSI qui fait l’objet de la convoitise nigériane s’étend sur. 3 des 7 arrondissements du Ndian, Isangele, Kombo Abedimo et Idabato. Elle est peuplée d’environ 8 563 habitants ainsi répartis :

•Isangele (4517 habitants en 1987) ;
•Idabato (3 250) habitants en 1987) ;
•Kombo Abedimo (796 habitants en 1987).

Cette population est répartie dans une trentaine de petits villages disséminés le long des principales voies d’eau : Rio dei Rey, Akpa Yafe, Akpa Bana, BAKASSI Creek, etc.

L'économie

Les ressources minières, énergétiques et halieutiques 

La presqu’ile de Bakassi est convoitée pour ses richesses supposées en plus de constituer une zone stratégique en ce sens qu’elle est permet un point de surveillance de tout le golfe de guinée. On distingue :
• Sur le plan minier des ressources halieutiques considérables
• Sur le plan de l’énergie les gisements de gaz et de pétrole. Ces gisements sont en cours d’exploitation par le Cameroun.
• Sur le plan minier la présence des nodules polymétalliques

Image carte peninsule de bakassi.jpg



Les activités économiques

La pêche est la principale activité des populations. Elle est essentiellement artisanale. La production contrôlée par les Nigérians est fumée et écoulée sur le marché de la sous région.
Du fait de son enclavement (absence d’un réseau de communication) et son aspect marécageux du fait de la mangrove, les activités de contrebande sont importantes dans le Rio del Rey. Des bandes armées y opèrent régulièrement avec souvent des prises d’otages


Les éléments de convoitise.

Bakassi est convoitée pour plusieurs raisons par le Nigéria :

Prétexte démographique

Le Nigéria le pays d’Afrique avec près de 120 millions d’habitants recherche un espace vital pour sa nombreuse population à l’étroit sur son territoire. Où irait cette population nigériane qui peuple la zone si la péninsule change de main ?


 Motif géostratégique et politico militaire

La position de Bakassi permet de contrôler la navigation dans le Golfe de guinée Le Nigéria accepte difficilement la présence du Cameroun dans l’estuaire de la Cross River qui constitue la principale porte d’entrée et de sortie pour le sud-est de son territoire.

Motif économique

 Les richesses énergétiques, minières et halieutiques. Le Nigéria veut s’approprier ces ressources.